Arcadi Volodos

Ce soir, un superbe pianiste, un grand artiste. Vraiment.

Pour le programme, du Schubert, avec trois moments musicaux D 780 (N°1, 2 et 5), et la sonate pour piano N°11 en fa mineur D 625 (j’adore cette police pour les chiffres, ils sont trop beaux *_* du coup j’adore écrire des nombres. Si, si, vraiment !).

En deuxième partie, après l’entracte, Schumann, avec humoresque en si bémol majeur op. 20 et Faschingschwank aus Wien (carnaval de Vienne) op. 26. Pour ceux qui s’étonnent que je n’aie mis une majuscule que pour le titre allemand, il faut savoir que les noms, propres comme communs, prennent une majuscule en allemand. Voilà l’info du jour pour les non germanistes (est-ce que ce mot existe seulement ? après vérification google, oui, mais c’est un spécialiste).

J’ai bien aimé, mais ce ne fut pas extraordinaire.

Enfin, la suite. La troisième partie, les quatre fabuleux bis. Malheureusement, je n’ai pas le programme.
Le premier morceau était intriguant, amusant, et j’ai oublié son nom (il va falloir que je demande à nouveau à l’auditorium).
Le second était magnifique, ovation à la fin. Vraiment, lorsque je l’ai entendu, fort, puissant, impétueux, si vivant sous les doigts du pianiste, j’ai pensé, juste pour ce morceau, ces quelques minutes de bonheur, le concert valait la peine. Même s’il n’y avait eu que ce morceau, cela valait un concert entier. Il s’agit d’un morceau d’Albeniz, la mémoire me fait défaut, peut-être était-ce Zambra Granadina, mais je n’en suis pas sûre).
Quant au troisième morceau… Eh bien… Je crois vraiment que le pianiste est le meilleur de lui-même dans ce genre de morceaux, passionnés, pleins, emplis de force, de tension, de rythme. Ce n’était plus le bonheur, c’était l’extase. Après le deuxième morceau, je ne pensais pas pouvoir connaître mieux. Je n’ai pas de mots.
Comble du malheur, je ne sais rien du morceau, hormis de vagues indices : une transcription pour piano (donc je peux chercher partout et nulle part) d’un morceau d’un compositeur cubain, Ernest quelque chose. Wouah. Je suis bien partie. 😡 En tout cas, j’espère vraiment, vraiment qu’il va enregistrer ce morceau. >.< »
Le quatrième morceau est du Vivaldi arrangé par Bach, il me semble, selon mes sources secrètes (huhu).

Un concert qui était bien, et qui s’est transformé quand on s’y attendait le moins, à la fin, devenant mon concert préféré de l’année. Incontournable.

Si jamais je revois le nom d’Arcadi Volodos, même (surtout :p) à Paris, j’irai les yeux fermés.
Je lui ai même acheté un CD ! C’est dire ! (il est dédicacé même, et toc !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :