Minuit à Paris

Hey, hey, joyeuses gens ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit à propos de cinéma, mais je viens d’avoir un coup de cœur énorme pour le dernier film de Woody Allen. J’aime beaucoup ce réalisateur, et ce film possède les mêmes qualités que les précédents : le rythme, les dialogues piquants et pleins d’humour, la subtilité, le rêve, la folie douce, et le retour à la réalité. La distribution est superbe, il n’y a pas de fausse note.

Difficile de raconter l’histoire sans trop en dévoiler… Pour ma part, je n’avais vu aucune bande-annonce au préalable, ce qui est grandement appréciable. Je me tairai donc, tout en laissant un petit spoiler pour les plus curieux. [2010. Gil Pender, un écrivain débutant en panne d’inspiration, se retrouve à Paris avec sa fiancée, Inez. Il  parcourt la ville la nuit, perdu, et ATTENTION SPOILER se retrouve à ce qu’il considère comme l’Age d’Or : Paris des années 20. Il va rencontrer de nombreux artistes qu’il admire, et tombera amoureux d’une sublime jeune fille, Adriana, tout à tour maîtresse et muse de Modigliani et Picasso.]
Et puis, quitte à être chez moi autant être honnête, le film fourmille de tellement de pistes, m’a tant plu, que je ne vois pas comment je pourrais résumer en quelques phrases ce qu’il contient. Alors, comment vous donner envie de le découvrir au cinéma ? Comment vous intriguer, vous allécher, vous, très chers amis avec qui je voudrais partager ce moment de bonheur ?

Un indice pour vous mettre sur la voie : je vais acheter ce film. Fait suffisamment rare pour souligner la valeur de ce film, et le plaisir que j’ai ressenti à me plonger dedans.
Un autre, tiens. Je l’ai vu deux fois. Deux jours de suite. C’est dire ! J’achète déjà peu de films, mais ceux que je vais voir plusieurs fois au cinéma peuvent se compter sur les doigts d’une seule main.

Ce film parle des artistes, de l’art, de la vie, de l’amour, de l’errance, de l’inspiration, de l’illusion, du courage, de l’espérance… Il a fait écho en moi, beaucoup de choses sont tellement proches de ce que je ressens, et de réelles personnes. Il était tellement vrai que j’ai cru qu’il était la transposition d’un ami.

Allez le voir, j’aimerais tant échanger avec vous sur ce film autour d’un verre, ou autour d’un clavier. 😉

PS : [Mention spéciale à Salvador Dalí, un personnage haut en couleur, interprété avec brio par Adrien Brody, ainsi qu’à l’humour des propos de Carla Bruni-Sarkozy à propos de la femme et de la maîtresse…]

PPS : Ce n’est pas un chef-d’œuvre non plus, je lui donnerais 7,5/10. Pas mal, non ?

Publicités
Comments
One Response to “Minuit à Paris”
  1. Gilgamesh dit :

    J’ai bien aimé le film aussi, par contre l’accent de l’acteur Owen Wilson, même les yeux bandés, je le reconnaitrai n’importe ou :x, dans le sens où son accent m’agace :s

    Mais sinon le film est bien réalisé et y’a de bons moments à passer 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :