Dur d’être mauvais

Je fais toujours la même chose.

Comme il me faut 1h30 à 2h00 pour rentrer chez moi en transports en commun, j’ai tendance à partir tôt. Peut-être est-ce également parce qu’il me faut 1h30 pour venir au travail le matin et que je me lève à 6h08.

En vérité, je pars souvent, même, très tôt. Pas tous les jours, peut-être une ou deux fois par semaine, je pars très tôt. Et ensuite, durant le trajet du retour, j’ai honte. Je me sens mal. J’ai généralement des angoisses et des nausées. J’ai même presque envie de prendre un train retour pour retourner au travail. Je me demande pourquoi je persiste à le faire, en fait, car je culpabilise tellement que j’en perds presque tout avantage. J’ai parfois même l’étrange idée de vouloir mourir. Je me méprise, je me déteste, je fais le lit de diverses pathologies auto-immunes, c’est la fête des anticorps.

Je sais également que cela joue contre moi. Non pas que je ne remplisse pas mes fonctions, je suis un rouage tout à fait présent (enfin, durant des horaires limités), consciencieux et à peu près compétent, mais je sais que ce genre de détails me donne une image de « je ne fais rien », alors qu’au contraire, « j’ai trop à faire », mais chez moi. Une impression de « je n’aime pas mon travail » alors que « j’aime aussi beaucoup d’autres choses ». Comment être considérée comme un professionnel compétent lorsqu’on ne s’implique pas davantage ?

Je suis comme ces lâches qui commettent des vilénies tout en regardant de côté que personne ne les a vus. Je ne suis pas en accord avec moi-même et je déteste ça, partagée entre mes envies et mon « devoir », je cède sans arriver à être entière, toujours scindée en deux. C’est moche.

Bon, je sais ce que je dois faire : arrêter de partir tôt. Du moins, arrêter de partir très tôt. Me contenter du tôt lorsque je le peux, c’est déjà beaucoup ! Et tant pis, si parfois c’est tard.

Il faut que je m’y tienne !

***

Ce matin, atroce malentendu qui m’enfonce un peu plus. Je dois lire des fax pour les valider et les classer ensuite ou alors demander, devant des résultats anormaux, que les dossiers soient sortis pour les médecins officiellement en charge des patients concernés. Ces fax réapparaissent ensuite sous un nouveau support, de beaux papiers épais blancs en couleur (juste du bleu et du noir, soyons raisonnables), avec un certain délai de retard. Cesdits papiers ont été retrouvés dans ma pile « à valider », sans doute tous arrivés en même temps (via le secrétariat, j’imagine). Pas de chance, la chef de service est passée à ce moment-là, à vu cette pile énorme (nous sommes lundi !) et a tout simplement décidé de les valider à ma place. Ce n’est pas très grave en soi, d’autant plus qu’ils ont déjà tous été vus sous la forme de fax, mais elle a pensé que je ne faisais pas mon travail et que j’avais des jours et des jours de retard. Alors que j’arrive avec 20 minutes d’avance tous les matins et que je commence par regarder les biologies déjà arrivées (et que je continue toute la matinée, l’externe qui s’occupe de les classer avec moi ne le sait que trop bien) avant même de mettre la relève à jour !

J’ai vaguement tenté de lui expliquer que :

  •  cette pile n’était pas là lorsque j’étais devant le bureau
  • j’avais été occupée dans les chambres des patientes pendant quelques temps après que nous avons fait le tour
  • elle avait dû arriver d’un seul coup
  • elle était composée de biologies datées d’il y a plusieurs jours car il s’agissait d’une impression officielle donc tardive, complètement décalée des fax, donc récente en fait.

En fait, j’ai à peine pu aborder les deux premiers points, elle m’a coupé la parole pour me dire que la pile était bien là et sûrement depuis longtemps, et elle est partie.

Le pire, c’est qu’elle est vraiment gentille, bien que lucide, je le vois bien avec ses patientes. Donc, si elle ne m’en tiendra pas rigueur, ce sera uniquement par gentillesse et pas parce que je ne mérite absolument pas qu’elle pense que je ne fais pas mon travail. Parce que je le fais.

Bref, monde injuste. 😦
(demain, j’irai voir les secrétaires, si elles reçoivent réellement ces feuilles, je leur dirai de les garder, je viendrai les récupérer moi-même !)

Publicités
Comments
One Response to “Dur d’être mauvais”
  1. Gilgamesh dit :

    Courage Sophie è_é »
    Si tu veux en parler, on peut le faire autour d’une bonne glace Haagen Daas ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :